03/03/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

JERUSALEM : La police israélienne pénètre dans un lieu saint tendu alors que les visites juives reprennent

Quds

JERUSALEM (AP) – La police israélienne est entrée jeudi dans un site sacré à Jérusalem pour évacuer les manifestants palestiniens, après la reprise des visites juives qui avaient été interrompues pour les fêtes musulmanes.

Ces dernières semaines ont vu plusieurs séries d’affrontements dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa, le troisième site le plus sacré pour les musulmans, qui est construit sur une colline qui est le site le plus sacré pour les Juifs, qui l’appellent le Mont du Temple. Elle est au cœur émotionnel du conflit israélo-palestinien.

Alors que les visites reprenaient, des dizaines de Palestiniens se rassemblaient, scandant « Dieu est le plus grand ». Des échauffourées ont éclaté lorsque la police est allée arrêter l’un d’entre eux. La police a tiré des balles en caoutchouc sur l’esplanade tentaculaire alors que certains Palestiniens s’abritaient à l’intérieur de la mosquée elle-même. La police a pu être vue plus tard juste à l’intérieur d’une entrée de la mosquée barricadée.

La police a déclaré avoir répondu à des dizaines de personnes qui criaient à l’incitation et lançaient des pierres, et qu’un policier a été légèrement blessé.

Mais contrairement aux affrontements précédents, des témoins palestiniens ont déclaré qu’il n’y avait initialement aucun signe de jets de pierres. Certains de ceux qui s’étaient réfugiés à l’intérieur de la mosquée ont commencé à lancer des pierres lorsque la police est entrée dans le bâtiment. Les témoins ont parlé sous couvert d’anonymat pour des raisons de sécurité.

En vertu d’arrangements informels connus sous le nom de statu quo, les Juifs sont autorisés à visiter le site mais pas à y prier. Ces dernières années, ils se sont rendus de plus en plus nombreux avec des escortes policières et beaucoup ont prié discrètement , provoquant la colère des Palestiniens ainsi que de la Jordanie voisine, qui est la gardienne du site. Les Palestiniens craignent depuis longtemps qu’Israël envisage de prendre éventuellement le contrôle du site ou de le diviser.

Israël dit qu’il est déterminé à maintenir le statu quo et accuse le groupe militant islamique Hamas d’inciter à la récente violence.

Les visites, principalement de juifs nationalistes et religieux, ont repris jeudi après avoir été interrompues pendant les 10 derniers jours du mois sacré musulman du Ramadan et de la fête de l’Aïd al-Fitr.

Jeudi est également le jour de l’indépendance d’Israël, et ces derniers jours, des groupes marginaux ont appelé les fidèles juifs à célébrer en agitant des drapeaux israéliens sur le lieu saint. Les appels ont été largement diffusés par les Palestiniens sur les réseaux sociaux, ainsi que des appels à faire face à une telle manifestation.

Un groupe juif a partagé une vidéo qui semblait montrer un groupe de visiteurs chantant l’hymne national d’Israël alors que la police escortait un garçon qui avait un drapeau israélien drapé sur son épaule. La vidéo semblait authentique.

Hussein al-Sheikh, un haut responsable palestinien qui sert de principal agent de liaison entre l’Autorité palestinienne et Israël, a tweeté au sujet de la controverse plus tôt cette semaine, affirmant que hisser le drapeau montrerait un « mépris scandaleux » pour les sentiments palestiniens et marquerait la « poursuite de la campagnes racistes extrémistes.

Le Hamas a averti mercredi qu’Israël « jouait avec le feu et entraînait la région dans une escalade dont l’occupation porte l’entière responsabilité ».

Les affrontements dans et autour d’Al-Aqsa l’année dernière ont contribué à déclencher une guerre de 11 jours entre Israël et le Hamas.

Le complexe se trouve dans la vieille ville, qui abrite les principaux sites religieux sacrés pour les juifs, les chrétiens et les musulmans. La vieille ville fait partie de Jérusalem-Est, qu’Israël a capturée lors de la guerre de 1967 avec la Cisjordanie et Gaza. Les Palestiniens veulent que les trois territoires forment leur futur État.

Israël a annexé Jérusalem-Est dans un mouvement non reconnu par la plupart de la communauté internationale, et il considère la ville entière comme sa capitale. La Cisjordanie est sous régime militaire israélien depuis près de 55 ans, et Gaza est sous blocus israélo-égyptien depuis que le Hamas a pris le pouvoir des forces palestiniennes rivales en 2007. L’Autorité palestinienne administre certaines parties de la Cisjordanie et coopère avec Israël en matière de sécurité . Il lui est interdit d’opérer à Jérusalem-Est.