Facebook renvoie un employé mécontent de l’inaction face à une publication de Trump

Partagez cet article

SAN FRANCISCO (Reuters) – Facebook a confirmé vendredi avoir licencié un employé ayant critiqué la décision de Mark Zuckerberg de ne pas prendre de mesure contre des publications à caractère violent du président américain Donald Trump, reprochant à ce salarié d’avoir critiqué publiquement le silence d’un collègue sur la question.

Brandon Dail, ingénieur chargé des interfaces utilisateurs basé à Seattle, selon son profil sur les réseaux sociaux, a annoncé sur Twitter avoir été limogé pour avoir publiquement reproché à un collaborateur son refus de publier lui aussi un communiqué en soutien au mouvement Black Lives Matter après la mort de George Floyd le mois dernier.

Facebook a confirmé la description faite par Brandon Dail de son licenciement mais n’a fourni aucune information supplémentaire.

Brandon Dail n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Plusieurs dizaines d’employés de Facebook, dont Brandon Dail et six membres de son équipe, ont quitté temporairement leur bureau – en télétravail – le 1er juin pour protester contre la gestion par Mark Zuckerberg de publications de Donald Trump, alors que Twitter a averti ses utilisateurs sur la véracité de propos du président américain puis masqué un autre tweet présidentiel pour “apologie de la violence” après la mort de George Floyd.

Au cours d’une réunion tendue durant laquelle Mark Zuckerberg a réaffirmé sa décision de ne pas prendre de mesures à l’égard des publications de Donald Trump, Brandon Dail avait tweeté qu’il était “très clair que la direction refuse de nous soutenir”.

Donner votre avis