Etude : Le confinement a évité à l’Europe 3 millions de décès

Partagez cet article

LONDRES (Reuters) – Le confinement à grande échelle, notamment avec la fermeture des magasins et des écoles, a permis de réduire la transmission du coronavirus en Europe et pourrait avoir évité plus de trois millions de décès, révèle une étude publiée lundi.

Selon les chercheurs de l’Imperial College de Londres, qui ont étudié l’impact du confinement dans 11 pays, ces mesures imposées pour la plupart en mars, ont eu “un effet substantiel” sur la propagation du virus.

Ils estiment que début mai, entre 12 et 15 millions de personnes en Autriche, en Belgique, en Grande-Bretagne, au Danemark, en France, en Allemagne, en Italie, en Norvège, en Espagne, en Suède et en Suisse ont été infectées par le coronavirus.

En modélisant le nombre potentiel de décès sans mesures de confinement, l’étude a révélé que près de 3,1 millions de décès auraient ainsi été évités.

“Mesurer l’efficacité de ces mesures est important, compte tenu de leur impact économique et social, et pour indiquer la ligne de conduite pour maintenir le contrôle”, ont souligné les chercheurs de l’Imperial College.

Une autre étude dirigée par des scientifiques américains et également publiée par la revue Nature, estime que les politiques de confinement mises en œuvre en Chine, en Corée du Sud, en Italie, en Iran, en France et aux États-Unis ont empêché ou retardé près de 530 millions de cas de contamination.

Donner votre avis