18/10/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Covid 19 : L’OMS demande fabricants de vaccins de partager leur technologie pour remédier aux inégalités

vaccin covid19

GENÈVE/ZURICH (Reuters) – Les fabricants de vaccins contre le COVID-19 devraient suivre l’exemple d’AstraZeneca et autoriser d’autres laboratoires à utiliser leur technologie, a déclaré lundi le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui a qualifié de « grotesque » l’inégalité d’accès aux vaccins.

Tedros Adhanom Ghebreyesus a salué les données intermédiaires des essais d’AstraZeneca montrant une efficacité de 79% de son vaccin dans la prévention du COVID-19 symptomatique et, élément important, aucun risque accru de caillots sanguins.

« Ces données constituent une preuve supplémentaire que le vaccin d’AstraZeneca est sûr et efficace », a-t-il dit lors d’une conférence de presse. La directrice scientifique de l’OMS, Soumya Swaminathan, l’a qualifié de « très bon vaccin pour tous les groupes d’âge ».

Les responsables de l’OMS ont déclaré qu’il n’y avait aucun signe de baisse de la demande pour le vaccin d’AstraZeneca dans le cadre du programme COVAX de l’organisation, après l’interruption de son utilisation par plusieurs pays européens la semaine dernière.

« Ils (ces pays) ont posé beaucoup de questions, mais la demande de vaccin est extrêmement élevée », a déclaré Bruce Aylward, conseiller principal de l’OMS. Il a toutefois ajouté que l’initiative COVAX connaissait quelques « problèmes de démarrage », les fabricants n’étant peut-être pas en mesure de suivre le rythme de leur programme de déploiement.

L’OMS a également appelé à la vigilance alors que le nombre de cas augmente dans plusieurs régions, notamment en Europe, en raison de variants du virus plus contagieux.

« De nombreux pays sortent de mesures (de confinement) restrictives sans une bonne surveillance, sans une bonne couverture vaccinale et sur fond d’énorme lassitude », a déclaré le directeur exécutif de l’OMS chargé de la gestion des situations d’urgence sanitaire, Mike Ryan, qualifiant cette situation de « recette pour des épidémies plus importantes ».