20/09/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Coronavirus : L’OMS approuve le vaccin développé par le chinois Sinovac

GENEVE (Reuters) – L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé mardi avoir approuvé le vaccin contre le COVID-19 développé par le laboratoire Sinovac Biotech, ouvrant la voie à l’utilisation dans les pays pauvres d’un deuxième vaccin développé en Chine, après celui de Sinopharm en mai.

Cette autorisation en urgence par l’OMS constitue une indication pour les régulateurs nationaux des médicaments sur l’efficacité et l’innocuité d’un vaccin. Elle permet aussi au produit d’être intégré à COVAX, le programme mondial destiné à fournir des vaccins contre le COVID-19 aux pays pauvres et qui connaît des problèmes d’approvisionnement du fait de l’arrêt des exportations en provenance d’Inde.

Dans un communiqué, le panel indépendant d’experts a indiqué qu’il recommandait l’utilisation du vaccin de Sinovac pour les personnes âgées de plus de 18 ans, avec une seconde dose à administrer deux à quatre semaines après la première. Aucune limite d’âge n’a été fixée, les données suggérant que le vaccin est efficace pour protéger les personnes âgées.

Pour parvenir à cette décision, le panel a étudié les dernières données cliniques sur la sécurité du vaccin de Sinovac, de même que les normes de production du laboratoire chinois.

Un troisième vaccin contre le COVID-19 développé en Chine, par CanSino Biologics, a été soumis à l’OMS pour validation. Aucune date n’a pour l’instant été fixée pour l’examen de ce produit.

Sinovac a fait état de plus de 600 millions de doses de vaccin livrées en Chine et à l’étranger – principalement en Amérique latine, Asie et Afrique -, des données arrêtées fin mai, et de plus de 430 millions de doses déjà administrées.

Les données sur l’efficacité du vaccin de Sinovac montrent que celui-ci prévient des symptômes du COVID-19 pour 51% des vaccinés et évite le développement d’une forme grave de la maladie et la nécessité d’une hospitalisation pour 100% des cas étudiés, a fait savoir l’OMS.