Abbas menace à l’ONU ne plus reconnaître les accords conclus avec Israël

Partagez cet article

Nations unies (Etats-Unis) (AFP) – Le président palestinien Mahmoud Abbas a menacé jeudi à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies de rompre tous les accords conclus avec Israël si le prochain gouvernement israélien tentait de mettre en application une annexion de la Cisjordanie, comme promis par Benjamin Netanyahu.

“Si un futur gouvernement, quel qu’il soit, va de l’avant avec ce plan” d’annexion, “nous abrogerons tous les accords signés” avec Israël et “en finirons avec toutes les obligations qui en découlent”, a assuré Mahmoud Abbas. “Nous rejetons entièrement et complètement ce plan”, a-t-il martelé.

“Il est de notre devoir de défendre nos droits par tous les moyens possibles, peu importe les conséquences, tout en restant engagés dans l’application du droit international et dans la lutte contre le terrorisme”, a précisé le président palestinien, qui avait déjà fait des déclarations similaires en juillet.

Au début des années 1990, Israël et les Palestiniens, dirigés alors par Yasser Arafat, avaient signé une série d’accords de paix sous l’égide des Etats-Unis.

Agé de 84 ans, Mahmoud Abbas a aussi promis devant l’Assemblée générale de l’ONU d’organiser des élections. Les dernières ont eu lieu en 2006 et avaient été remportées dans la bande de Gaza par le mouvement Hamas, concurrent du parti Fatah de Mahmoud Abbas.

“A mon retour dans mon pays, je convoquerai des élections locales régulières en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à Jérusalem-Est, et tous ceux qui s’opposeront à ces élections devront répondre de leurs actes devant Dieu et la communauté internationale”, a déclaré le président palestinien.

En décembre 2018, il avait déjà promis d’organiser de nouvelles élections palestiniennes dans les six mois.

Donner votre avis