01/02/2023

C'est le 1er Novembre

Qu'on n'oublie pas les vrais Chouhadas

Turquie : la Russie et les États-Unis n’ont pas réussi à éliminer les milices de la frontière syrienne

ANKARA, Turquie (AP) – Le ministre turc des Affaires étrangères a accusé vendredi que les États-Unis et la Russie n’aient pas tenu leurs promesses de nettoyer la frontière entre la Syrie et la Turquie des militants kurdes, forçant Ankara à intervenir.

S’exprimant lors du forum des Dialogues méditerranéens à Rome, le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a également déclaré que la Turquie cherchait à se réconcilier avec le gouvernement syrien pour faciliter le retour des réfugiés, coopérer dans la lutte contre les extrémistes et mettre fin au conflit en Syrie.

Les commentaires de Cavusoglu sont intervenus après que le président turc Recep Tayyip Erdogan a promis le mois dernier de lancer une nouvelle invasion terrestre du nord de la Syrie pour cibler des groupes militants kurdes, à la suite d’une explosion le 13 novembre à Istanbul qui a tué six personnes. L’armée turque a lancé un barrage de frappes aériennes sur des cibles militantes présumées dans le nord de la Syrie et de l’Irak en représailles.

Les groupes kurdes ont nié toute implication dans l’attentat. Ils ont déclaré que les frappes turques avaient tué des civils et menaçaient la lutte contre le groupe État islamique.

« Nous sommes parvenus à un accord avec les États-Unis et la Fédération de Russie », a déclaré Cavusoglu. « Ils se sont engagés à repousser ces terroristes plus au sud de notre frontière. … Mais depuis, ils n’ont pas tenu leurs engagements.

Il faisait référence à des accords séparés conclus avec Moscou et Washington en 2019, en vertu desquels les deux ont convenu de repousser les combattants kurdes syriens d’une large bande de territoire au sud de la frontière turque.

« Nous devons poursuivre notre opération pour nettoyer ces zones des terroristes et des organisations terroristes », a déclaré le ministre.

La Turquie a mené une série d’incursions en Syrie depuis 2016 et contrôle déjà certaines parties du nord de la Syrie.

Moscou et Washington, qui ont des forces dans le nord de la Syrie, ont exprimé leur opposition à une éventuelle nouvelle incursion turque.

La Turquie, qui a autrefois demandé la destitution du président syrien Bashar Assad et a fortement soutenu l’opposition dans le conflit syrien, a récemment déclaré qu’elle était ouverte au dialogue et à la réconciliation avec Damas. Les responsables de la sécurité turcs et syriens ont tenu une série de discussions, ont indiqué des responsables turcs.

Cavusoglu a déclaré que la Turquie devait « s’engager » avec le gouvernement syrien pour un « retour volontaire, sûr et digne » de certains des 3,6 millions de Syriens qui ont trouvé refuge en Turquie depuis que la guerre a éclaté dans leur patrie il y a plus de 11 ans.

« Nous devons également coopérer dans notre lutte contre les organisations terroristes sans aucune discrimination », a déclaré Cavusoglu.