Séisme politique en Algérie : Arrestation de Saïd Bouteflika, et du Général (retraité) Mediène dit Toufik

Partagez cet article

D’après des médias  locaux, les ex-patrons des services secrets, Mohamed Mediène  dit Toufik et Bachir Tartag seront présentés ce dimanche devant la justice militaire.

Même situation pour le frère cadet du président déchu Abdelaziz Bouteflika, Saïd. On parle de son arrestation ce samedi toujours selon des médias locaux. Au même moment, plusieurs médias annoncent que les ex-patrons des services secrets, Mohamed Mediène et Bachir Tartag, ont eux aussi été arrêtés par les hommes des services secrets militaire.

Selon la télévision privée Ennahar , les deux anciens patrons du fameux DRS seront présentés ce dimanche devant la justice militaire. C’est un véritable séisme politique qui intervient comme une concrétisation des menaces du chef de l’armée, Ahmed Gaïd Salah, qui avait dénoncé dans un de ses discours la «bande» qui aurait usurpé le pouvoir présidentiel.

Le 3 avril, au lendemain de la démission du président Bouteflika, le chef d’état-major accuse des «entités non constitutionnelles non habilitées» d’avoir signé, deux jours avant, un communiqué attribué à Bouteflika proposant une feuille de route. Le discours cible directement Saïd Bouteflika, frère cadet et conseiller de l’ex-chef d’État.

Selon l’ex-général Khaled Nezzar, ancien ministre de la Défense, Saïd l’aurait contacté deux fois avant la démission d’Abdelaziz Bouteflika, c’est ce qu’il annonce dans une déclaration publiée sur un média:  le frère cadet voulait instaurer «l’état de siège ou l’état d’exception» pour neutraliser les manifestations qui exigeaient le départ de Bouteflika. Saïd aurait même demandé s’il n’était pas temps de démettre Gaïd Salah de ses fonctions car il avait peur, rapporte Nezzar, qu’il le fasse arrêter.  algerie24.net

Donner votre avis