Rencontre Biden-Poutine : Il ne faut pas s’attendre à un accord

poutine biden

GENÈVE (Reuters) – Le président américain Joe Biden et le président russe Vladimir Poutine se rencontrent mercredi pour la première fois depuis l’entrée en fonction de Joe Biden.

Les deux hommes ont déclaré qu’ils espéraient que leurs discussions, qui se dérouleront dans une villa majestueuse au bord du lac de Genève, pourraient déboucher sur des relations plus stables et prévisibles, même s’ils restent en désaccord sur des sujets aussi divers que le contrôle des armements, le piratage informatique, l’ingérence électorale et l’Ukraine.

“Nous ne nous attendons pas à ce que cette réunion débouche sur un grand nombre de résultats”, a déclaré un haut représentant de l’administration américaine aux journalistes à bord d’Air Force One, alors que Joe Biden s’envolait pour Genève, précisant que les deux hommes devraient s’entretenir pendant quatre ou cinq heures à partir de 13h00 heure locale (11 heures GMT).

“Je ne suis pas sûr que des accords seront conclus”, a déclaré le conseiller en politique étrangère de Vladimir Poutine, Youri Ouchakov.

Les relations entre les deux pays se sont détériorées ces dernières années, notamment avec l’annexion de la Crimée par la Russie en Ukraine en 2014, son intervention en Syrie en 2015 et les accusations américaines – démenties par Moscou – de son ingérence dans l’élection de 2016 qui a porté Donald Trump à la Maison blanche.

Elles se sont encore dégradées en mars lorsque Joe Biden a déclaré qu’il pensait que Vladimir Poutine était un “tueur”, ce qui a incité la Russie à rappeler son ambassadeur à Washington pour des consultations. Les Etats-Unis ont rappelé leur ambassadeur en avril. Aucun des deux n’a repris ses fonctions depuis.

Le haut représentant américain a déclaré que les Etats-Unis visaient un ensemble d’actions “dans des domaines où la collaboration peut faire progresser nos intérêts nationaux et rendre le monde plus sûr.”

Il a aussi ajouté que Joe Biden définirait également les zones d’intérêt national où l’inconduite de la Russie entraînerait une réponse. En avril, Joe Biden a signé un décret donnant à Washington une plus grande latitude pour imposer des sanctions à Moscou.

Vladimir Frolov, un ancien diplomate russe, a déclaré à Reuters que Vladimir Poutine souhaitait instaurer des liens respectueux et être traité comme les membres du Politburo soviétique l’étaient dans les années 1960-1980, avec “une reconnaissance symbolique de la parité géopolitique de la Russie avec les Etats-Unis.”

Signe que les relations sont tendues, les discussions ne comprendront pas de repas et Vladimir Poutine et Joe Biden devraient tenir des conférences de presse séparées plutôt qu’une conférence commune.

Related posts

Donner votre avis