05/03/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Le maire de Barcelone marque l’État d’apartheid d’Israël et coupe les ponts, une leçon pour certains états Arabes

maire barcelone

MADRID (AP) – Le maire de Barcelone a rompu les liens officiels de sa ville avec Israël, accusant le pays de « crime d’apartheid contre le peuple palestinien ».

La décision de mercredi de la maire Ada Colau a peu d’impact pratique – l’effet le plus concret étant l’arrêt de son accord de jumelage vieux de 25 ans avec Tel-Aviv.

Mais l’annonce par la ville, une destination touristique populaire et abritant l’un des clubs de football les plus connus au monde, porte un symbolisme important et s’ajoute à une liste croissante de critiques qui ont qualifié Israël d’État d’apartheid. Israël rejette ces accusations de délégitimation et d’antisémitisme et a qualifié la décision de « malheureuse ».

Dans une lettre au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, Colau a déclaré que cette mesure était venue en réponse à une campagne menée par des dizaines de groupes locaux et des milliers de militants.

Elle a cité un certain nombre de politiques israéliennes, notamment son occupation militaire de la Cisjordanie depuis 55 ans, son annexion de Jérusalem-Est et sa construction de colonies sur des terres revendiquées par les Palestiniens pour un futur État.

« En tant que maire de Barcelone, ville méditerranéenne et défenseur des droits de l’homme, je ne peux pas être indifférente à la violation systématique des droits fondamentaux de la population palestinienne », a-t-elle écrit. « Ce serait une grave erreur d’appliquer une politique de deux poids deux mesures et de fermer les yeux sur une violation qui a été, pendant des décennies, largement vérifiée et documentée par les organisations internationales.

Ces dernières années, trois groupes de défense des droits humains bien connus – Human Rights Watch, Amnesty International et B’Tselem d’Israël – ont accusé Israël d’apartheid, tant à l’intérieur du pays que dans les territoires occupés.

Amnesty et les autres groupes affirment que la fragmentation même des territoires dans lesquels vivent les Palestiniens fait partie d’un régime global de contrôle conçu pour maintenir l’hégémonie juive de la mer Méditerranée au Jourdain.

Ils pointent du doigt les politiques discriminatoires en Israël et dans Jérusalem-Est annexée , le blocus israélien de la bande de Gaza , qui est gouvernée par le groupe militant du Hamas depuis 2007, et son contrôle continu de la Cisjordanie et la construction de colonies juives que la plupart des organisations internationales la communauté considère comme illégale. L’élection du nouveau gouvernement israélien pur et dur, dominé par des ultranationalistes opposés à l’indépendance palestinienne, a ajouté à ces inquiétudes.

Les Palestiniens recherchent la Cisjordanie, Jérusalem-Est et Gaza, zones conquises par Israël en 1967, pour un futur État indépendant.

Israël affirme que ses propres citoyens arabes, qui représentent environ 20 % de la population, jouissent de droits égaux, y compris le droit de vote, et ont atteint les échelons supérieurs des affaires, du divertissement, du droit et du divertissement. Il considère la Cisjordanie comme un territoire contesté dont le statut doit être résolu par des négociations et affirme qu’il s’est retiré de la bande de Gaza en 2005, deux ans avant que le Hamas n’en prenne le contrôle.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a qualifié la décision de Barcelone de « malheureuse » et a affirmé qu’elle allait à l’encontre des souhaits de la majorité de la population de la ville.

« La décision apporte un soutien aux extrémistes, aux organisations terroristes et à l’antisémitisme », a-t-il déclaré. « L’amitié entre Israël et Barcelone est ancienne et repose sur une culture et des valeurs partagées. Même cette décision malheureuse ne nuira pas à cette amitié.

Le mouvement de base dirigé par les Palestiniens et promouvant un boycott d’Israël a salué la décision de Barcelone. Alys Samson, militante de la coalition « Stop à la complicité avec Israël » à Barcelone, a déclaré que le groupe avait recueilli près de 5 000 signatures pour sa campagne.

« Nous sommes très heureux », a-t-elle déclaré. « Nous espérons que de nombreux autres gouvernements et institutions suivront cet exemple. »

Pendant ce temps, le maire de Madrid, grand rival de Barcelone, a immédiatement proposé de reprendre l’accord de jumelage avec Tel-Aviv, alors que lui et Colau se bousculent pour prendre position sur les questions internationales et investir dans une année électorale.

José Luis Martínez-Almeida, le maire conservateur de la capitale espagnole, a accusé le dirigeant de Barcelone d’antisémitisme et a tweeté qu’il avait écrit au maire de Tel Aviv pour partager « l’engagement de Madrid en faveur de la démocratie et de la liberté ».

« Ce serait un honneur d’être jumelé avec Tel-Aviv », a-t-il ajouté. Les politiciens espagnols de droite font de plus en plus de contacts diplomatiques et commerciaux avec Israël.

Les deux plus grandes villes d’Espagne sont constamment en désaccord sur tout, de la politique au football. Colau, méfié par le mouvement indépendantiste catalan, est un homme politique de gauche de premier plan qui fait face à une élection difficile en mai.