25/01/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

L’Arabie saoudite enregistre les premières pertes civiles dans le conflit au Yémen depuis des années

arabie saoudite

L’Arabie saoudite a lancé une offensive « à grande échelle » contre le Yémen après qu’une attaque au missile Houthi a tué deux civils dans le sud du royaume au cours du week-end.

Vendredi, un projectile a frappé une devanture de magasin dans la région sud-saoudienne de Jizan, tuant deux personnes, en blessant au moins sept autres et détruisant des propriétés et des voitures, ont rapporté les médias saoudiens.

En représailles, la coalition dirigée par les Saoudiens – qui combat les Houthis en soutien au gouvernement yéménite internationalement reconnu depuis 2015 – a lancé une frappe aérienne dans le nord-ouest de Sanaa. Des médecins yéménites ont déclaré que trois personnes avaient été tuées, dont une femme et un enfant, tandis que six autres avaient été blessées.

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite a déclaré peu après l’attaque meurtrière qu’elle « se préparait à une opération militaire à grande échelle ». Les Houthis ont averti que leur réponse serait « douloureuse » si l’Arabie saoudite n’arrêtait pas son « agression » contre le Yémen.

Lors d’une conférence de presse dimanche, le porte-parole de la Coalition arabe, le général de brigade Turki al-Maliki, a annoncé l’opération, présentant également des preuves de ce qu’il a décrit comme le contrôle du Hezbollah sur l’aéroport de Sanaa et comment le groupe le convertit en rampe de lancement pour drones et attaques de missiles.

L’aéroport de Sanaa est en grande partie non opérationnel, à l’exception des vols d’aide, depuis août 2016 en raison d’un blocus aérien imposé par l’Arabie saoudite au pays.

Malgré les preuves du contraire, l’Iran et le Hezbollah – la milice et le parti politique libanais qui est le principal mandataire de l’Iran dans la région – ont longtemps nié leur implication au Yémen. Aucun des deux groupes n’a immédiatement commenté les allégations formulées par la coalition.

Les combats dont les civils paient le prix ultime sont beaucoup plus fréquents à l’intérieur du Yémen alors que les Houthis alignés sur l’Iran tentent de prendre plus de territoire au gouvernement en exil.

Samedi, le groupe rebelle a lancé un missile sur un marché populaire de Marib City – la capitale du dernier bastion du gouvernement dans le nord du pays et une zone urbaine densément peuplée abritant plus d’un million de personnes déplacées à l’intérieur du pays. Selon les médias locaux, trois civils ont été tués, dont un enfant de 14 ans et huit blessés, dont un de trois ans.

Toutes les parties au conflit ont commis des atrocités de guerre généralisées : des frappes aériennes saoudiennes aveugles à l’utilisation d’enfants soldats par les Houthis, faisant du Yémen la plus grande catastrophe humanitaire au monde.