France : Un haut fonctionnaire soupçonné d’espionner pour Pyongyang

Partagez cet article

Paris (AFP) – Un haut fonctionnaire du Sénat français a été arrêté par les services de renseignement pour des soupçons d’espionnage au profit du régime dictatorial de Pyongyang, a-t-on appris lundi soir.

Interpellé dimanche soir, cet homme a été placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête ouverte en mars par le parquet de Paris pour “recueil et livraison d’informations à une puissance étrangère susceptibles de porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation”, a indiqué à l’AFP une source judiciaire, confirmant une information de l’émission de télévision “Quotidien” de la chaîne TMC.

Placé en garde à vue dans les locaux de Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Benoît Quennedey est interrogé par les services du renseignement qui cherchent à savoir s’il a effectivement “fourni” des informations confidentielles à Pyongyang, a précisé une source proche de l’enquête.

Selon le site du Sénat, M. Quennedey est un des administrateurs de la direction de l’architecture, du patrimoine et des jardins de la chambre haute du Parlement, en charge de la division administrative et financière.

Selon l’émission Quotidien, ses bureaux ont été perquisitionnés par les policiers du renseignement qui l’ont interpellé à son domicile.

Interrogée par l’AFP, la présidence de la chambre haute du Parlement français n’a pas fait de commentaires.

– Expert de la Corée –

Ancien diplômé de l’Ecole nationale d’Administration (ENA, école prestigieuse formant la haute fonction publique française), Benoît Quennedey a consacré plusieurs travaux à la Corée du Nord. Président de l?Association d?amitié franco-coréenne, il a voyagé à de multiples reprises dans l?ensemble de la péninsule coréenne depuis 2005, selon le site des éditions Delga, qui ont publié son ouvrage “La Corée du Nord, cette inconnue”.

En 2013, il a également signé un essai sur l’économie du régime de Pyongyang : “L’Economie de la Corée du Nord, Naissance d’un nouveau dragon asiatique” (Ed. Les Indes Savantes).

Dirigée d’une main de fer par Kim Jong Un, la Corée du Nord est frappée depuis plusieurs années par un arsenal de sanctions économiques occidentales qui vise à contraindre le régime à renoncer à son programme de missiles nucléaires.

Interrogé en août sur la chaîne RT France, émanation de Russia Today, M. Quennedey, alors présenté comme “expert en relations internationales”, avait salué le réchauffement des relations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis après l’annonce par Washington de la suspension de ses opérations militaires en Corée du Sud. “On crée les conditions de la confiance pour engager le dialogue sur une bonne voie,” déclarait-il, selon une vidéo postée sur YouTube.

Sous l’impulsion de Donald Trump, les Etats-Unis ont amorcé un spectaculaire rapprochement avec Pyongyang, marqué notamment par le sommet historique entre le président américain et le dictateur nord-coréen Kim Jong Un en juin à Singapour.

Depuis cette rencontre, le Nord a renoncé à ses essais balistiques et nucléaires, démantelé un site de tests de missiles et promis, si les Etats-Unis acceptent de faire des concessions, de démonter son principal complexe nucléaire. Des tensions se sont toutefois fait jour autour du respect de cet accord par la Corée du Nord.

Donner votre avis