Coronavirus : L’Inde compte plus de 200.000 décès, un niveau de contamination record

Souche Covid19 Royaume UNi

BANGALORE (Reuters) – Le bilan en Inde de l’épidémie due au nouveau coronavirus a dépassé mercredi le seuil des 200.000 morts avec un nombre record de décès et de cas supplémentaires en une journée alors que le pays fait face à une pénurie de réserves en oxygène, d’équipements médicaux et de personnel hospitalier dans un contexte de flambée épidémique.

Au cours de la semaine écoulée, au moins 300.000 nouveaux cas de contaminations ont été recensés par jour alors que les hôpitaux et les crématoriums sont débordés, une situation qui suscite l’inquiétude et a amené certains pays à accélérer une aide internationale d’urgence pour l’Inde.

Au cours des dernières 24 heures, 360.960 nouveaux cas de contamination ont été enregistrés, un niveau inégalé dans le monde pour une seule journée, portant le total des infections au COVID-19 en Inde depuis le début de l’épidémie à près de 18 millions. Le bilan de mercredi est aussi le plus meurtrier avec 3.293 décès supplémentaires, ce qui porte le total à 201.187.

Les experts estiment cependant que les bilans officiels sont largement sous-évalués en Inde, un pays peuplé de 1,35 milliard d’habitants.

DES CRÉMATORIUMS DE FORTUNE

Le monde entre dans une phase critique de la pandémie et a besoin de vaccins disponibles pour tous les adultes dès que possible, a souligné Udaya Regmi, directeur de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pour l’Asie du Sud (FICR).

“Il s’agit d’un impératif à la fois éthique et de santé publique”, a-t-il ajouté. “Comme les variants continuent de se propager, cette pandémie n’est pas prête de se terminer tant que le monde entier ne sera pas protégé”, a-t-il prévenu.

A New Delhi, la capitale, des ambulances formaient une longue file d’attente pendant des heures pour évacuer les corps sans vie des victimes du COVID-19 vers des crématoriums de fortune installés dans des parcs et des parkings.

Les hôpitaux dans la capitale et ses environs ont fait état de pénurie d’oxygène malgré les engagements des autorités d’intensifier les approvisionnements.

“Nous passons des centaines d’appels et envoyons des messages chaque jour pour obtenir notre quota quotidien d’oxygène”, écrit la Dr Devlina Chakravarty, de l’hôpital Artemis dans la banlieue de Gurgaon, citée dans le journal Times of India.

L’hôpital Mayom, situé à proximité de Gurgaon, ne prend plus pour sa part de nouveaux patients sauf si ces derniers viennent avec des bouteilles d’oxygène, a déclaré son directeur général, Manish Prakash, à la chaîne de télévision NDTV.

Selon Arvind Kejriwal, ministre en chef de Delhi, les patients développent des symptômes plus graves et leur séjour dans les hôpitaux dure plus longtemps, ce qui accentue la pression sur le système hospitalier.

“La vague actuelle est particulièrement dangereuse”, a-t-il déclaré.

AIDE INTERNATIONALE

Le président américain, Joe Biden, a déclaré s’être longuement entretenu avec le Premier ministre indien, Narendra Modi, sur plusieurs dossiers, notamment une fourniture des vaccins contre le COVID-19 à l’Inde.

“Je pense que nous serons en mesure de pouvoir partager des vaccins, des compétences, avec d’autres pays qui en ont vraiment besoin”, a-t-il déclaré mardi à la presse depuis la Maison Blanche.

Plus de 121 millions de personnes en Inde ont reçu à ce stade au moins une dose de vaccin contre le COVID-19, soit environ 9% de la population.

L’aide internationale en Inde s’intensifie parallèlement avec l’arrivée notamment de ventilateurs et de stocks d’oxygène de Grande-Bretagne, d’Australie, d’Allemagne et d’Irlande. La Russie et Singapour se sont engagés de leur côté à fournir des bouteilles d’oxygène et des équipements médicaux.

“Le premier envoi de générateurs d’oxygène de #Taiwan vers #l’Inde part cette semaine”, écrit sur Twitter Kolas Yotaka, porte-parole de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen.

Au Canada, le Premier ministre Justin Trudeau s’est engagé à débloquer 10 millions de dollars (8 millions d’euros) en faveur de l’Inde. “Nous sommes également prêts à offrir des équipements médicaux supplémentaires”, a-t-il écrit sur Twitter.

De son côté, la France a annoncé lundi qu’elle fournirait un “soutien médical d’ampleur” à l’Inde en évoquant notamment des générateurs d’oxygène, des respirateurs et des conteneurs cryogéniques.

Related posts

Donner votre avis