29/02/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Avec 735 millions de personnes affamées, l’ONU déclare que le monde n’est pas sur la bonne voie pour atteindre son objectif de 2030

famine

(Reuters) – Environ 735 millions de personnes dans le monde étaient confrontées à la faim chronique en 2022, un chiffre bien plus élevé qu’avant la pandémie de COVID-19 et qui menace les progrès vers l’objectif mondial d’éliminer la faim d’ici 2030, ont déclaré mercredi les Nations Unies.

Une tendance à la hausse pluriannuelle des taux de faim s’est stabilisée l’année dernière alors que de nombreux pays se sont remis économiquement de la pandémie, mais la guerre en Ukraine et sa pression sur les prix des aliments et de l’énergie ont compensé une partie de ces gains, a déclaré l’ONU dans son rapport annuel sur l’état de l’alimentation. Rapport sur la sécurité et la nutrition dans le monde (SOFI).

Le résultat est qu’environ 122 millions de personnes de plus souffraient de la faim en 2022 qu’en 2019 et que le monde est « loin de la voie » pour atteindre l’objectif de développement durable de l’ONU consistant à éliminer la faim d’ici 2030, selon le rapport. Au lieu de cela, le rapport prévoit que 600 millions de personnes seront sous-alimentées en 2030.

« Nous constatons que la faim se stabilise à un niveau élevé, ce qui est une mauvaise nouvelle », a déclaré Maximo Torero Cullen, économiste en chef de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), dans une interview à Reuters.

Les principaux moteurs de la faim dans le monde ces dernières années ont été la perturbation des moyens de subsistance due aux conflits, les extrêmes climatiques qui ont menacé la production agricole et les difficultés économiques exacerbées par la pandémie, selon le rapport.

Certaines parties du monde ont connu une baisse de la faim, notamment l’Amérique du Sud et la plupart des régions d’Asie. Mais dans les Caraïbes, en Asie occidentale et en Afrique, la faim augmente.

Pour changer la tendance, les nations doivent associer l’aide humanitaire au renforcement des chaînes d’approvisionnement alimentaire locales, a déclaré Kevin Mugenya, directeur des systèmes alimentaires de Mercy Corps, un groupe d’aide international, dans une interview avec Reuters.

« Les pays ont besoin de solutions localisées », a-t-il déclaré.

Le rapport a été compilé par le Fonds international de développement agricole des Nations Unies, le Fonds pour l’enfance, l’Organisation mondiale de la santé, le Programme alimentaire mondial et la FAO.