18/10/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Arabie Saoudite : L’ONU confirme qu’une rapporteuse a été menacée de mort

MBS

GENEVE (Reuters) – Le Bureau des droits de l’homme de l’Onu a confirmé mercredi la véracité des propos publiés par le journal britannique The Guardian, dans lequel l’experte chargée de mener l’enquête sur l’assassinat de Jamal Khashoggi dit avoir été la cible d’une menace de la part d’un haut représentant saoudien.

Dans des propos publiés mardi par The Guardian, Agnes Callamard, la rapporteure spéciale des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, dit avoir été prévenue qu’un représentant saoudien avait menacé de « prendre soin » d’elle si elle poursuivait son enquête sur le meurtre de Jamal Khashoggi.

Aucun commentaire n’a été obtenu auprès de représentants à Ryad. Contactée par Reuters, Agnes Callamard n’a pas donné suite à une demande de commentaire.

« Nous confirmons que les détails dans l’article du Guardian sur la menace contre Agnes Callamard sont vrais », a déclaré le porte-parole du Bureau des droits de l’homme de l’Onu, Rupert Colville, dans un courriel de réponse à Reuters.

Il a indiqué que l’organe onusien avait à l’époque informé Agnes Callamard de la menace formulée à son encontre et prévenu aussi les services de sécurité de l’Onu et les autorités.

Agnes Callamard a déclaré au Guardian que la menace avait été effectuée en janvier 2020 lors d’une réunion à Genève entre des représentants de l’Onu et des représentants saoudiens. Elle a dit au journal avoir été informée de l’incident par un collègue.

« Une menace de mort. C’est ainsi que cela a été compris », a dit Agnes Callamard au journal britannique.

La rapporteure spéciale des Nations unies a dirigé l’enquête sur l’assassinat de Jamal Khashoggi par des agents saoudiens au consulat saoudien d’Istanbul en octobre 2018.

Dans un rapport publié en 2019, Agnes Callamard a conclu qu’il y avait des « preuves crédibles » de l’implication du prince héritier Mohammed ben Salman, dit « MbS », appelant à des sanctions contre celui-ci. « MbS » nie avoir ordonné l’assassinat du journaliste et dissident, qui vivait en exil aux Etats-Unis.